Les Humeurs - 2019

logo FB.png

Le testament (dernier poème)

J’écrirai bien un dernier poème

Une dernière lettre un dernier j’aime

Le testament des notes à tes airs

Sans larme, sans doute, sans poussière

 

Je jouerai le mot une fois de plus

Je soignerai ma voix sur l’angélus

Et sur ma bouche en guise de lapsus

Tu poseras tes lèvres et Bacchus

 

Ma vagabonde, ma torturée

Là que je t’aime et t’aime tant

Le temps n’devrait jamais compter

Un guet apens pour 100 baisers

 

Je t’offrirai mes rires envolés

Pour les gens, pour les choses pour les regrets

Ce n’est pas né d’hier le danger

De prendre le plaisir où il se tait

 

Je t’offrirai le temps de 1000 proses

Et le parfum d’amour d’autant de roses

A chaque signe, chaque larme, chaque cause

Au creux de ta main une dose

 

Ma vagabonde, et mon secret

Là que je t’aime et t’aime tant

Le temps n’devrait jamais compter

Un guet apens pour 100 baisers

 

Je donnerai les yeux qui plissent au vent

Avec le regard fier d’un enfant

Pour chaque instant fidèle à chaque front

Il n’y a pas d’âge pour aimer le frisson

 

Un dernier tour de torse et tour de coeur

Pour battre à la mesure des grandes heures

Des grandes orgues, et des petits mots bien

Et faire la route belle au lendemain

 

Ma vagabonde, moi passager

Là que je t’aime et t’aime tant

Le temps n’devrait jamais compter

Un guet apens pour 100 baisers